Actualités

Célébration de la journée mondiale des zones humides

Sous le thème : « les zones humides pour la prévention des risques de catastrophe », l’Office National de l’Assainissement a célébré la journée mondiale des zones humides, célébrée annuellement le 02 février.

La Cellule Centrale de la Communication a participé, dans ce cadre, à une journée de sensibilisation organisée au niveau de l’Ecole de l’Environnement du Jardin d’Essai en mettant en avant l’apport de l’Office en la préservation de ses espaces et à leur création.

A titre indicatif, la zone humide de Kef El-Doukhène, en aval de l’Oued M’zab, résultante de l’effluent du projet de la station de lagunage des eaux usées (STEP) de la vallée du M’zab (regroupe 4 communes) est devenue la première réserve de la biosphère artificielle dans le Sud algérien.
Par ailleurs, la Zone d’Annaba a organisé un programme de deux jours : une conférence et une visite guidée au niveau des lacs de la wilaya d’El Tarf. L’Unité d’El Tarf a célébré la journée à la maison de jeune de Tonga à El Kala.

Le thème choisi pour cette année a permis de focaliser le rôle des zones humides quant à l’atténuation des effets des phénomènes extrêmes tels que les inondations, les sécheresses et les cyclones sur les communautés humaines.

En effet, l’importance de ces zones humides est qu’elles agissent comme des éponges naturelles absorbant et stockant les eaux de pluie excédentaires et limitant les inondations, tandis qu’en saison sèche, elles libèrent l’eau stockée, retardant ainsi le déclenchement des sécheresses et réduisant les pénuries d’eau.

Pour rappel, l’Algérie compte 1451 zones humides composées de 762 zones naturelles et 689 d’origine artificielle. Ces espaces, en Algérie, se distinguent par une grande diversité paysagère : lagunes, marais, prairies humides, tourbières, chotts, sebkhas, gueltas et oasis.